Canyon en Lozère

Compte-rendu par Jean-Marc

Pour le pont du 8 mai, le G.S.R s’est rendu en Lozére et plus précisément au  bord du lac de VILLEFORT , situé entre le plateau lozérien et le plateau ardéchois.

Nous étions cinq du GSR ( Felipe, Jean-Baptiste, Samir, Patrick et Jean-Marc ) ainsi que Cathy de Bordeaux, affilié à la FFME.

Notre base était au camping du lac, endroit fort agréable et calme et aussi très proche des canyons.

Au vu du temps maussade du samedi matin (orage et pluie importante) conjugué à l’arrivée tardive  de certains acteurs, décision a été prise d’effectuer la descente FUSTUGERE.

Après une petite dizaine de kilomètres, avons entamé la marche d’approche du canyon au départ du village « Les Baumes » pour une randonnée agréable et pas difficile au début dans une châtaigneraie et ensuite sur un sentier bien marqué rendu glissant par la pluie.

Avant d’entamer la descente,  avons pu nous restaurer  sans pluie. Malgré tout, dès le départ, elle nous  accompagnera  tout au long du parcours avec parfois quelques coups de vent bien senti.

C’est une descente assez technique dans un cadre esthétique très agréable qui a surpris beaucoup des novices surtout que ceux-ci avaient décidé d’équiper du fait de l’utilisation de mains courantes multipoints à effectuer en beaucoup d’endroits.

Tous se souviendront du gros bloc sur la fin du canyon qui ne laisse pas indifférent.

Précisons que le parcours est bien alimenté en eau à cette époque ce qui rend la descente très agréable.

Pour le retour, nous avons effectué une boucle pour entrevoir le côté majestueux des paysages.

Le deuxième jour, La garde Guérin situé à 4 kilomètres du camping est le point  de départ du canyon du CHASSEZAC, point de départ du canyon. Ce village reconstruit était autrefois un lieu de garnison afin de surveiller de sa hauteur les vallées environnantes.

Notre but initial était celui de la parcourir dans son intégralité surtout que le soleil est revenu. Par contre, le vent s’est très fortement intensifié et n’est pas très agréable.

Dès le début de la marche d’approche, à la hauteur des parkings, sommes surpris d’apercevoir de nombreux groupes de prestataires et autres se préparant à notre activité.

Dès le commencement, nous constatons que l’eau est très froide et que cette sensation est accentuée par le vent même si celui-ci a diminué. Cette descente dans son ensemble est une suite quasi- ininterrompu  de chaos fort imposants qui obligent à rester très vigilants d’autant que l’élevage d’animaux  en amont rend le passage glissant (un grand air de ressemblance avec les Pyrénées Atlantiques) et c’est pas peu dire. Quelques-uns en ont fait l’amère expérience.

Malgré le soleil et après  quelques descentes en rappel, trois du groupe décidèrent après le pique-nique de ne pas poursuivre et de rentrer. Le froid a fait son œuvre.

A préciser que dans ce canyon, quatre sorties sont possibles avec dans l’ordre, les panneaux jaune, vert, rouge et bleu.

Trois d’entre nous poursuivaient l’aventure afin de passer le fameux « passage » de la rajole, lieu où beaucoup d’accidents se sont produits, où maintenant une main courante en fixe a été mise en place et surtout rendue obligatoire aux fins d’évitement de mésaventures. Néanmoins, ce passage reste technique (certains ne diront pas le contraire) . Il fait penser pour les connaisseurs à Gorgochon avec ses oppositions même si, ici, l’étroiture est plus importante.

Suite à l’effort, avons pris la décision de sortir au point rouge pour une montée bien raide (équivalente au LLECH) , qui fut doublée d’une descente et d’une remontée pour deux d’entre nous due à un oubli dans une cascade.

Cette région mérite sans contexte le détour  tant les paysages sont magnifiques et sauvages.

TEMPS D’ACTIVITE :

  • FUSTUGERE     11H00 – 17H30 X 6 = 39H00
  • CHASSEZAC      10H30 – 16H00 X 3 = 16H30 
  • EEE                      10H30-17H30 X 3 =   21H00

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *